arrow-primary

Avocap MESAF

Médiateur Sans Frontière

Le MESAF offre à nos Confrères le cadre d’une réflexion et le lieu d’une action possible en réponse à un conflit international ou à un différend interne, pour lequel la présence d’acteurs extérieurs peut avoir une valeur ajoutée et ainsi accélérer l’émergence d’une solution juridique admise par les parties. L’action du MESAF est conduite par son fondateur : Arnaud Lizop.

Locaux Avocap Paris

Médiateur Sans Frontière

circle-yellow
globe
I – Essor de la médiation :

« Tout mon art vient de ce que je fais simplement des choses simples ». Ce précepte, que Casanova énonce dans ses mémoires, pourrait inspirer chaque avocat et sert de fil conducteur à la démarche de la médiation.

En effet, la complexité inhérente au Droit n’est pas un produit de son essence mais une pathologie de son fonctionnement. Le Droit répond à une question, à une incertitude qui engendre une inquiétude menant aisément à la confusion, puis, parfois, à la violence.

De la même façon que l’on allume des contre feux pour éteindre un vaste incendie, le Droit archaïque était marqué par le recours aux ordalies ou à la question comme procédés d’émergence d’une vérité judiciaire.

Puis est venu le règne d’un droit progressivement enchassé dans le principe du contradictoire, source de glose infinie et de progrès réel. La violence judiciaire a cédé le pas à l’aléa judiciaire.

La complexité croissante de la société a entrainé la complexité du droit et avec elle, le cortège de ses freins qui l’immobilisent progressivement: dédale législatif, allongement des délais et accroissement des coûts, dont la force centrifuge éloigne du droit une part croissante de la population et achève de mettre le droit en contradiction avec lui-même.

La recherche d’une simplification, qui s’impose désormais comme une priorité pousse fréquemment les magistrats à renvoyer vers un règlement non judiciaire des litiges: il faut apprendre à se parler.

Le choix des soft skills, définis comme étant le procédé par lequel le choix du moindre mot produit les plus grands effets, s’impose et devient une source de consensus pacifié.

Tel est le but de la médiation en général: favoriser l’émergence de solutions qui rapprochent au lieu de diviser. L’avocat réalise alors qu’il n’est jamais aussi grand que quand il s’efface. Et de façon paradoxale, cette démarche nous ouvre un champ d’action sans limite.  C’est ainsi que nous sommes fidèles à notre vocation d’origine, réalisant le principe de Spinoza selon lequel « L’être d’un être est de persévérer dans son être ».

success
II – Le rôle de l’avocat dans les médiations internationales :

Le monde des relations internationales forme un système dans lequel le Droit ne vient qu’à l’appui d’un rapport de force, accompagnant son évolution puis cristallisant ses équilibres.

Au sein des Nations, au contraire, le droit reflète les rapports de force et les traduit en Principes qui forment le corps de nos systèmes juridiques et judiciaires qui tendent à dissoudre et à éloigner le recours à la force, et non à le mettre en haut de la pyramide des valeurs implicites.

De ce fait, les avocats sont traditionnellement absents de l’ingéniérie des relations internationales et du règlement des conflits. Il est rare, qu’un avocat soit désigné pour participer, conduire ou animer une médiation internationale et notre profession ne dispose pas des relais institutionnels qui permettraient au vivier de nos compétences agrégées de susciter la médiation dans des situations où seule la violence prévaut ou de suggérer les pistes d’un mode alternatif de règlement d’une tension ou d’un conflit.

Pour autant, les règles de la médiation, telle qu’elle est pratiquée en droit interne, ne peuvent se dupliquer simplement dans les situations internationales. Il semble dès lors opportun, pour notre profession, tout en s’adossant à nos principes et aux techniques de notre art en matière de médiation interne, de les dépasser pour les ajuster à des situations qui dépassent le cadre strict de nos frontières respectives.

Tel est l’enjeu du MESAF : offrir à tous nos confrères le cadre d’une réflexion et le lieu d’une action possible afin d’accroître la présence de l’avocat dans l’analyse, l’écoute et la proposition de solutions admises par les parties, soit à un conflit international, soit à un différend interne pour lequel la présence d’acteurs externes au pays concerné peut avoir une valeur ajoutée et accélérer l’émergence d’une solution pacifique.

Celles et ceux de nos confrères qui souhaitent participer à cette démarche sont naturellement les bienvenus au sein du MESAF.

 

 

Arnaud Lizop – Avocat au Barreau de Paris

EN SAVOIR PLUS SUR AVOCAP MESAF

* Champs obligatoire






    Les informations recueillies à partir de ce formulaire font l’objet d’un traitement informatique destiné à Avocap et à ses prestataires à des fins de traitement de votre demande et de gestion de la relation client. Elles sont conservées pour la durée nécessaire à ces finalités. Le défaut de réponse à un champ facultatif n’entraîne aucune conséquence sur le traitement de votre demande. Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, de suppression et de portabilité des informations qui vous concernent ainsi que d’un droit d’opposition et de limitation du traitement que vous pouvez exercer en nous contactant. Pour en savoir plus, veuillez consulter notre politique de confidentialité.

    circle-white